Li Jingwu

李景武

18961985

Lieu d'origine

Canton 廣州

Province d'origine

Guangdong 廣東

Originaire du Sichuan, mais né à Canton, Li Jingwu est le fils aîné de Li Zhun 李準 (1871-1936), commandant de la marine du Guangdong (shuishi tidu 水師提督) et commandant en chef de la milice locale (xunfangying zongling 巡防營總領), qui réprime les nationalistes anti-mandchous et manque d’être assassiné à la veille de la Révolution de 1911, avant de finalement rallier les insurgés. Ironie de l’histoire, il a engagé quelques années plus tôt, comme précepteur pour ses enfants, un jeune homme de dix-sept ans, qui vient de se distinguer comme l’un des meilleurs élèves de la région et tentera bientôt d’assassiner le prince régent : Wang Jingwei.

Les liens entre Li Jingwu et Wang remontent donc à son enfance. Étudiant brillant, Li séjourne en Allemagne et au Japon. En 1931, il devient recteur de l’École supérieure des officiers de police (jingguan gaodeng xuexiao 警官高等學校) de Beiping (Pékin), dont il cherche à élargir le recrutement à la Chine méridionale et aux femmes. À la demande du ministère de l’Intérieur (neizhengbu 內政部), il organise le déménagement de l’École de police à Nankin en 1934, contre la volonté de Zhang Xueliang, qui tente de le faire assassiner à Shanghai. Un an plus tard, Wang Jingwei, alors président du Yuan exécutif (xingzhengyuan 行政院), le fait nommer au ministère des Chemins de fer (tiedaobu 鐵道部).

En 1938, Li obtient un poste dans le ministère des Finances du Gouvernement provisoire (linshi zhengfu 臨時政府) sous la direction de Wang Shijing. En 1939, Li Jingwu et Jiao Ying aident l’émissaire de Wang Jingwei, Zhou Huaren et Chen Yunwen, à recruter dans le Nord des députés pour le 6e congrès du GMD “orthodoxe”. Li Jingwu est un intermédiaire précieux pour Wang Jingwei dans ses relations mouvementées avec les collaborateurs de Chine du Nord. Lorsque Wang décide, début 1940, de se débarrasser de Wang Kemin, il demande à Li d’approcher Wang Yitang pour lui proposer la présidence du Yuan d’examen (kaoshiyuan 考試院) et celle du Conseil des affaires politiques de Chine du Nord (huabei zhengwu weiyuanhui 華北政務委員會).

De son côté, Li est désigné vice-ministre chargé des affaires courantes du ministère du Personnel (quanxubu changwu cizhang 銓敘部常務次長). Il séjourne fréquemment à Pékin afin d’y superviser l’évaluation des fonctionnaires et pour surveiller Wang Yitang. L’absentéisme de ce dernier à Nankin pousse Wang Jingwei à le remplacer par Jiang Kanghu, qui le supplée au Yuan d’examen en sus de sa charge de ministre du Personnel. Li est une nouvelle fois à la manœuvre pour obtenir que Wang Yitang démissionne en douceur. Il quitte ses fonctions au ministère du Personnel en mai 1942 et les postes qu’il occupait au sein du Conseil des affaires politiques de Pékin. Il s’installe alors à Shanghai et se fait appeler Li Zailu 李再盧.

Après la guerre, cet athée convaincu trouve à se loger dans un monastère bouddhique. À l’arrivée des troupes communistes à Shanghai en 1949, il se fait passer pour un membre du Parti national-socialiste (guojia shehui dang 國家社會黨) et convainc les nouveaux maîtres des lieux de transformer le monastère en cellule du parti afin de le protéger. Craignant toutefois que sa véritable identité ne soit découverte, Li part pour Pékin, avant de s’enfuir à Hong Kong. De manière assez étrange, il réapparaît à Taiwan, où les autorités nationalistes ne semblent pas lui tenir rigueur de son passé de « traître », puisqu’il occupe un poste de professeur à l’Université Wenhua (certes privée), tout comme Hu Lancheng ; autre collaborateur proche de Wang Jingwei. De même que son père avant lui, Li consacre les dernières années de son existence à mener une vie de lettré raffiné, excellant dans la calligraphie. Il a laissé un témoignage oral publié en 2014 sous le titre Qingmo Minchu guanchang suoji 清末民初官場瑣記 (Notes éparses sur les milieux officiels à la fin des Qing et au début de la République).

Sources : Li Jingwu 2014 ; 3/12/16 ; Gao Baishi 2002, p. 227-233 ; Su Tongbing 1996, p. 239 ; MZN, p. 1050 ; KG, n°15, p. 33.

Pour citer cette biographie : David Serfass, "Li Jingwu  李景武 (1896-1985)", Dictionnaire biographique de la Chine occupée, URL : https://bdoc.enpchina.eu/bios/li-jingwu/, dernière mise à jour le 4 octobre 2023. 

Biographical Dictionary of Occupied China

A database from ENPChina Project