Zhou Xuechang

周學昌

18981952

Lieu d'origine

Anxin 安新

Province d'origine

Hebei 河北

Zhou Xuechang naît dans une famille originaire d’Axin (Hebei), autrefois prospère grâce au commerce établi à Pékin par son grand-père qui fournissait en soieries la cour mandchoue, mais que son père a fait péricliter. Orphelin de père et de mère dès son enfance, il est élevé par son oncle. Sans le sou, il intègre l’École normale de Pékin (Beijing shifan xuexiao 北京師範學校) dont il sort diplômé en 1918. La même année, il réussit le concours d’entrée du département d’éducation de l’Université de Pékin, dont il suit les cours tout en enseignant. À sa sortie de l’université en 1924, il adhère au GMD et s’engage dans l’Armée nationale révolutionnaire (guomin geming jun 國民革命軍) comme expert en propagande. En 1925, il devient instructeur au sein de l’Académie militaire de Huangpu (Huangpu lujun junguan xuexiao 黃埔陸軍軍官學校). Il participe à l’Expédition du Nord (beifa 北伐) sous les ordres de Zhang Fakui. Au moment de la scission du GMD, il rejoint Wuhan avant de s’installer à Nankin où il adhère à nouveau au GMD. À la faveur de la seconde phase de l’Expédition du Nord, Zhou retourne à Pékin en avril 1928 et travaille comme instructeur dans la section locale du parti puis, à partir de 1931, comme chef du bureau de l’Éducation (jiaoyuju 教育局) du gouvernement municipal de Beiping.

Suite aux grandes manifestations étudiantes contre l’invasion de la Mandchourie et contre la politique attentiste du gouvernement central, son bureau est supprimé par Nankin et il est rétrogradé comme simple conseiller du gouvernement municipal en juillet 1932. À l’automne, Zhou retrouve un poste de chef du bureau de l’Éducation dans le gouvernement provincial du Shaanxi. En 1934, il participe au lancement de l’organisation locale du Mouvement de la nouvelle vie (xin shenghuo yundong 新生活運動) et se rapproche de Chen Lifu 陳立夫 (1900-2001). Après l’Incident de Xi’an, en décembre 1936, le gouvernement du Shaanxi est remanié, Zhou se voit retirer sa charge. Face à ce nouveau revers, il rebondit comme à la suite du premier, en trouvant à s’employer au loin dans la province du Xikang 西康, que s’apprête à créer le Gouvernement nationaliste dans l’ancienne région tibétaine du Kham. Il fréquente alors le seigneur de la guerre Liu Wenhui 劉文輝 (1895-1976), qui dirige le comité préparatoire du bureau local du GMD. De retour à Nankin en octobre, Zhou est chargé, au sein du 6e bureau du Grand quartier général, des opérations visant les hanjian 漢奸 (traître aux Han). Quelques semaines plus tard, il quitte la capitale assiégée pour Chongqing, avant d’être de nouveau nommé au Xikang en janvier 1938.

Au lendemain de sa défection en décembre 1938, Wang Jingwei cherche à gagner le soutien des seigneurs de la guerre du Sud-Ouest parmi lesquels Liu Wenhui. Or, sous couvert de ses fonctions au Xikang, Zhou Xuechang est chargé par les services secrets civils – le Zhongtong 中統 dirigé par Chen Lifu – de surveiller Liu. Il est accompagné par un disciple de Chen, Ye Xiufeng 葉秀峯 (1900-1990). Ce dernier dénonce à Chongqing la position ambiguë de Liu vis-à-vis du Mouvement pour la paix de Wang Jingwei et le soutien tacite de Zhou. Son télégramme est découvert par Liu qui l’oblige à démissionner. De retour à Chongqing, Ye Xiufeng porte l’affaire jusqu’à Jiang Jieshi. Ce dernier ordonne l’arrestation de Zhou qui est emprisonné pendant trois mois. À sa libération, il demande au secrétaire privé de Jiang, Chen Bulei  陳布雷 (1890-1948), l’autorisation de se rendre dans son village natal. Comme Wang Jingwei deux ans plus tôt, Zhou s’envole au début du mois de juin 1940 pour Hanoï, fait une seconde escale à Hong Kong avant d’atterrir à Shanghai.

Le 8 juin, il rencontre à Nankin Zhou Fohai, comme lui un ancien chef d’un bureau de l’Éducation et agent du Zhongtong, qui l’intègre dans sa faction. Leurs liens remontent même plus loin puisqu’ils avaient tous deux été instructeurs politiques à l’Académie militaire de Huangpu. Ils décident ainsi de créer une Association des anciens de l’Académie Huangpu. Bien que tous les postes du gouvernement aient déjà été attribués, Zhou Fohai obtient de Wang Jingwei qu’il soit désigné, dès le 14 juin 1940, vice-secrétaire général du bureau central du GMD de Nankin. En octobre, il est nommé instructeur en chef des groupes de formation du parti (dangwu xunliantuan jiaoyuzhang 黨務訓練教育長). En avril 1941, Zhou Fohai s’entend avec Chen Gongbo pour nommer Zhou Xuechang à la place de Li Shiheng 黎世蘅 (1897-1977), proche de Wang Jingwei, comme secrétaire général du Yuan législatif en mai, avant de laisser la place à Peng Ximing 彭羲明 un an plus tard. Toutefois, le poste pour lequel il est resté connu est celui de maire de Nankin, auquel il accède début 1942 et qu’il conserve jusqu’à la fin de la guerre.

Parallèlement, Zhou Xuechang est très actif au sein de la branche chinoise du Mouvement pour la Ligue d’Asie orientale (dongya lianmeng yundong 東亞聯盟運動), qu’il utilise pour renforcer ses liens avec les Japonais. Il cherche à s’attirer les bonnes grâces du fondateur de la Ligue, Ishiwara Kanji, lors d’un “voyage d’enquête” au Japon en septembre 1942, mais découvre que ce dernier est tombé en disgrâce après l’arrivée au pouvoir de Tōjō Hideki 東條英機 (1884-1948). Il peut néanmoins compter sur le soutien du colonel Tsuji Masanobu avec qui il avait sympathisé avant-guerre, lorsque Chen Lifu l’avait chargé d’accompagner Tsuji dans un voyage au Xinjiang. Ce lien explique que Zhou soit parvenu à se maintenir si longtemps à la mairie de Nankin dont la faction de Wang Jingwei n’a de cesse de vouloir le déloger pour nommer Zhou Longxiang à sa place.

À la fin de la guerre, Zhou Xuechang participe aux côtés de Zhou Fohai aux préparatifs du retour à la capitale des autorités de Chongqing. Il est toutefois arrêté le lendemain de la capitulation japonaise par les troupes de Zhou Hao 周鎬 (1910-1949), chef de la Brigade fiscale de Zhou Fohai et représentant de Dai Li à Nankin. Zhou Fohai le fait rapidement libérer et, lorsque Ma Chaojun 馬超俊 (1886-1977), arrive le 12 septembre pour prendre ses fonctions de maire de Nankin, il coopère avec lui pour faciliter la transition. Zhou est arrêté une nouvelle fois le 26 septembre avant d’être condamné à mort le 19 octobre 1946. Il échappe à l’exécution mais reste incarcéré après l’arrivée des Communistes et décède dans sa cellule trois ans plus tard.

Sources : Xu Youchun 2007, p. 939 ; Cai Dejin 1993c ; Luo Junqiang 2010, p. 48 ; ADF 327 ; MZN, p. 1039-1040.

Pour citer cette biographie : David Serfass, "Zhou Xuechang  周學昌 (1898-1952)", Dictionnaire biographique de la Chine occupée, URL : https://bdoc.enpchina.eu/bios/zhou-xuechang/, dernière mise à jour le 4 octobre 2023. 

Biographical Dictionary of Occupied China

A database from ENPChina Project