Inukai Ken

犬養健

18961960

Lieu d'origine

Okayama 岡山県

Province d'origine

Chūgoku 中国地方

[Également transcrit Inukai Takeru]

Fils cadet d’Inukai Tsuyoshi 犬養毅 (1855-1932), après des études interrompues de philosophie à l’Université impériale de Tokyo, Inukai Ken se lance dans une carrière de romancier sous l’influence de l’école du Boulot blanc (shirakabaha 白樺派). Il publie notamment, en 1929, Nankin rokugatsusai 南京六月祭 (Festival de juin à Nankin), qui prend pour toile de fond les troubles en Chine durant la Grande guerre. La même année, il entre dans l’arène politique en se faisant élire député du Seiyūkai 政友会, dont son père prend alors la direction avant d’être choisi par le genrō Saionji Kinmochi 西園寺公望 (1849-1940) pour former un gouvernement en décembre 1931. Le 15 mai 1932, son père est assassiné lors d’un coup d’État fomenté par des cadets ultra-nationalistes de la Marine. Inukai Ken assiste, au même moment, à un combat de sumo en compagnie du prince Saionji et de la star britannique Charlie Chaplin (1889-1977), qui étaient également visés par le complot. Cet incident marque un tournant majeur dans la montée du militarisme au Japon.

Au début de la guerre, Inukai Ken conseille le premier ministre Konoe Fumimaro dans le cadre de la l’Association du petit-déjeuner (asameshi-kai 朝飯会) ; un cercle informel réunissant plusieurs membres de la Société de recherche Shōwa (Shōwa kenkyūkai 昭和研究会), qui joue un rôle crucial dans la genèse du Mouvement pour la paix de Wang Jingwei. Organisé par Kazami Akira 風見章 (1886-1961), secrétaire en chef du gouvernement et ministre de la Justice, et Ushiba Tomohiko 牛場智彦 (1901-1993), secrétaire privé de Konoe, ce groupe comprend notamment Rōyama Masamichi 蠟山政道 (1895-1980), professeur de droit à l’Université impériale de Tokyo, des membres du comité de rédaction du Asahi shinbun 朝日新聞 tels que Ryū Shintarō 笠信太郎 (1900-1967), Sassa Hiroo 佐々弘雄 (1897-1948) et le journaliste Ozaki Hotsumi 尾崎秀実 (1901-1944), ainsi que des rejetons de grandes familles comme Saionji Kinkazu 西園寺公一 (1906-1993), petit fils du Prince Saionji Kinmochi et le journaliste Matsumoto Shigeharu. Inukai est notamment chargé d’étudier le GMD, ce qui l’amène à publier, en 1939, une traduction de l’ouvrage de Zhou Fohai sur les Trois principes du peuple de Sun Yat-sen.

Lors de son voyage secret au Japon en juillet 1938, Gao Zongwu est recommandé à Inukai par Matsumoto afin qu’il l’introduise auprès des milieux politiques libéraux. Dès lors, Inukai devient un acteur incontournable de la mission visant à organiser la défection de Wang Jingwei. Il assiste ainsi aux discussions du Chongguangtang 重光堂 de Shanghai en novembre 1938. Bien qu’il n’ait pas de fonctions importantes au sein du gouvernement japonais, Inukai occupe une place à part du fait de sa proximité avec Konoe et du respect qu’inspire chez ses interlocuteurs chinois son défunt père qui avait abrité Sun Yat-sen lors de ses exils japonais. Disciple d’Ishiwara Kanji, il est également proche de Kagesa Sadaaki. En avril 1939, il est envoyé à Hanoï avec ce dernier pour exfiltrer Wang Jingwei qu’il côtoie durant les deux semaines que dure la traversée jusqu’à Shanghai via Taiwan. Débutent alors les longues négociations en vue de l’établissement du nouveau gouvernement central. Inukai est aux premières loges comme membre de l’Agence de la prune (ume kikan 梅機関) de Kagesa. Rattaché, pour des raisons administratives au Kōa-in 興亜院, Inukai n’est pas rémunéré, ou très peu. Il finance ses activités à Shanghai en vendant une partie de la collection familiale de rouleaux datant de la dynastie Yuan (1279-1368), pour laquelle Konoe se charge de trouver un acheteur.

Après l’inauguration du Gouvernement national réorganisé de Nankin en mars 1940, Inukai devient l’un de ses principaux conseillers civils. Lors des élections générales d’avril 1942, il est réélu sous l’étiquette de candidat indépendant, c’est-à-dire en dehors du parti unique de l’Association de soutien au Trône (taisei yokusankai 大政翼賛会). Il perd à la même époque son poste à Nankin en raison, notamment, de son implication indirecte dans le réseau de l’espion soviétique Richard Sorge (1895-1944) démantelé à partir d’octobre 1941. Début 1940, Inukai avait en effet divulgué le brouillon du futur “Traité sur les relations fondamentales sino-japonaises” avec Nankin à Saionji Kinkazu, qui l’avait communiqué à l’informateur de Sorge, Ozaki Hotsumi. Après la guerre, Inukai reste une figure politique importante. Il occupe notamment le poste de ministre de la Justice (hōmu daijin 法務大臣) de 1952 à 1954. Il publie à la fin de sa vie l’un des principaux témoignages sur le Mouvement pour la paix : Yōsukō wa ima mo nagarete iru 揚子江は今も流れている (Le Yangzi coule encore).

Sources : NKJRJ, p. 58-59 ; KSDJ ; Inukai 1984 ; Boyle 1972, p. 239 et passim ; Johnson 1964, p. 153.

Pour citer cette biographie : David Serfass, "Inukai Ken  犬養健 (1896-1960)", Dictionnaire biographique de la Chine occupée, URL : https://bdoc.enpchina.eu/bios/inukai-ken/, dernière mise à jour le 21 février 2024. 

Biographical Dictionary of Occupied China

A database from ENPChina Project