Li Shiyu

李時雨

19081999

Lieu d'origine

Xinglong 興隆

Province d'origine

Heilongjiang 黑龍江

Né à Xinglong (Heilongjiang) dans une famille de paysans riches, Li Shiyu étudie à la faculté de droit de l’Université de Pékin (Beiping daxue faxueyuan 北平大學法學院) à partir de 1927 et adhère au PCC après l’Incident de Mandchourie qui provoque l’invasion de sa province natale par l’armée japonaise. Actif dans le mouvement étudiant anti-japonais, il organise en décembre 1931 un voyage de manifestants pékinois à Nankin pour réclamer l’envoi de troupes dans le Nord, afin de résister à l’occupant. Agent clandestin du PCC, il travaille pour le GMD au sein du quartier général d’extermination des bandits dans le Nord-Ouest.

Au début de la guerre, Li se trouve à Tianjin et reçoit l’ordre d’infiltrer le comité de maintien de l’ordre (zhi’an weichihui 治安維持會) mis en place par l’occupant dans la ville, ce qu’il fait en devenant procureur dans le tribunal de grande instance local. En août 1939, il participe au “6e congrès” du GMD “orthodoxe” de Wang Jingwei à Shanghai. Nommé membre du bureau de Tianjin du GMD pro-japonais, il est reçu en décembre par Wang Jingwei en tant que représentant de la Chine du Nord. Dans le gouvernement de Nankin formé en mars 1940, il passe pour un membre de la Clique réorganisationniste (gaizupai 改組派) en parvenant à gagner la confiance de Chen Gongbo, dont il est l’un des plus proches collaborateurs, d’abord comme membre du comité du Yuan législatif (lifayuan weiyuan 立法院委員), puis dans l’administration municipale de Shanghai. Il contribue notamment à la revue Difang xingzheng 地方行政 (Administration locale) aux côtés de la secrétaire et maîtresse de Chen, Mo Guokang 莫國康.

À la fin de la guerre, le PCC demande à Li de prendre part aux activités dirigées par Zhou Fohai en liaison avec Chongqing pour éviter que les Communistes ne s’emparent de la Chine centrale. C’est ainsi qu’il se fait nommer chef de l’une des stations du Juntong 軍統 à Shanghai. Soupçonné de travailler pour le PCC en septembre 1946, il est condamné à sept ans et demi de prison. À sa libération en février 1949, il retourne à Pékin. Après l’arrivée au pouvoir du PCC, Li travaille notamment comme secrétaire général du gouvernement provincial du Hunan et siège au bureau des Affaires religieuses du Conseil d’État (guowuyuan zongjiao shiwuju 國務院宗教事務局). Il est également vice-président de l’Académie bouddhique (foxueyuan 佛學院). Il a laissé de nombreux wenshi ziliao et des mémoires publiés sous le titre Diying shiwunian 敵營十五年 (Quinze années dans le camp ennemi).

Sources : Xu Youchun 2007, p. 511-512 ; Li Shiyu 2007, 2012 ; Cai Dejin 1983.

Pour citer cette biographie : David Serfass, "Li Shiyu  李時雨 (1908-1999)", Dictionnaire biographique de la Chine occupée, URL : https://bdoc.enpchina.eu/bios/li-shiyu/, dernière mise à jour le 4 octobre 2023. 

Biographical Dictionary of Occupied China

A database from ENPChina Project