Kong Xiankeng

孔憲鏗

1899

Lieu d'origine

Nanhai 南海

Province d'origine

Guangdong 廣東

Originaire de Nanhai (Guangdong), Kong Xiankeng obtient une maîtrise de droit à la Sorbonne, puis un doctorat d’économie à l’Université libre de Bruxelles. De retour en Chine, il poursuit une carrière universitaire, notamment comme doyen de la faculté de droit de l’Université du Guangdong. Au début de la « décennie de Nankin », il occupe plusieurs postes dans l’administration nationaliste : conseiller au ministère de l’Intérieur (neizhengbu canshi 內政部參事), secrétaire au Yuan d’examen (kaoshiyuan mishu 考試院秘書), ou encore magistrat de districts importants du Jiangsu tels que Wuxi (1928) et Zhenjiang (1929).

En 1930, il publie une traduction de la leçon au Collège de France de Charles Gide (1847-1932) sur le droit de grève. La même année, il dirige l’édition de Wuyuan zhengfu yanjiu ji 五院政府研究集 (Recueil d’essais sur le gouvernement des Cinq Yuans), dans lequel sa contribution porte sur « les défauts de la Loi organique du gouvernement et les solutions pour y remédier ». Le fait que l’ouvrage soit placé sous le patronage de Hu Hanmin 胡漢民 (1879-1936) et de Sun Ke 孫科 (1891-1973), pourrait laisser penser que Kong a peut-être été écarté du pouvoir, après le retour de Jiang Jieshi à la tête du gouvernement en 1932. Toutefois, le manque d’informations à son sujet pour les années suivantes est vraisemblablement lié à sa fuite, après une mise en accusation pour corruption, alors qu’il travaillait au ministère de l’Intérieur. Il apparaît dans cette affaire sous le nom de Kong Lixing 孔力行.

Ce scandale explique sans doute son recrutement par l’occupant japonais en 1938, pour servir au sein du Gouvernement réformé (weixin zhengfu 維新政府) de Nankin comme chef du bureau de la Propagande du Yuan exécutif (xinzhengyuan xuanchuanju 行政院宣傳局). Ses discours font, en 1939, l’objet d’un recueil intitulé Kong juzhang zuijin yanlun ji 孔局長最近言論集. Au moment de la réorganisation de la Daminhui 大民會 (Association du grand peuple) en septembre 1939, Kong devient l’un de ses principaux dirigeants. Il conserve un poste équivalent après la reprise en main de l’organisation par le groupe de Wang Jingwei en juin 1940, avant qu’elle soit dissoute dans le GMD « orthodoxe » en décembre.

À cette occasion, Kong devient membre suppléant du Comité exécutif central (zhongyang zhixing weiyuanhui 中央執行委員會). Zhou Fohai, qui parle de lui comme d’un « vieil ami », le fait nommer vice-ministre de la Propagande chargé des affaires courantes (xuanchuanbu changwu cizhang 宣傳部常務次長) sous Lin Baisheng ; poste qu’il occupe jusqu’en août 1941. Cette même année, il commence à siéger au Comité économique national (quanguo jingji weiyuanhui 全國經濟委員會). En mars 1943, il se voit confier la direction de la Campagne de pacification rurale (qingxiang gongzuo 清鄉工作) dans l’Anhui, où il devient, en août, superviseur administratif (xingzheng ducha zhuanyuan 行政督察專員) de la 4e zone. Son sort à la fin de la guerre n’est pas connu.

Sources : Xu Youchun 2007, p. 238 ; Liu Guoming 2002, p. 300 ; SKJ, p. 30 ; Chiang Yung-ching 1988, p. 14 ; WKS, p. 63 ; Liu Jie 2016, p. 101 ; ZR, p. 232 ; MZN, p. 1082 ; Kong Xiankeng 1930.

Pour citer cette biographie : David Serfass, "Kong Xiankeng  孔憲鏗 (1899-)", Dictionnaire biographique de la Chine occupée, URL : https://bdoc.enpchina.eu/bios/kong-xiankeng/, dernière mise à jour le 4 octobre 2023. 

Biographical Dictionary of Occupied China

A database from ENPChina Project