Tang Yangdu

唐仰杜

18881951

Lieu d'origine

Chengdu 成都

Province d'origine

Sichuan 四川

Hui originaire du district de Zou 鄒縣 au Shandong, mais né au Sichuan où son père exerce comme préfet, Tang Yangdu se forme au russe pour devenir diplomate. Nommé au ministère de l’Éducation (xuebu 學部), il démissionne au moment de la Révolution de 1911 pour s’installer dans sa province d’origine. Enseignant à l’École supérieure de Jinan (Jinan gaodeng xuetang 濟南高等學堂), il retrouve rapidement des fonctions dans l’administration fiscale. En 1919, il est élu député dans l’Assemblée provinciale du Shandong (Shandongsheng yihui yiyuan 山東省議會議員) et président du Comité sur les finances publiques locales (difang caizheng weiyuanhui 地方財政委員會). Dans un contexte où les impôts sont largement captés par les seigneurs de la guerre, il milite pour que la fiscalité à l’échelon local soit séparée de l’échelon provincial. Nommé en 1921 chef de la 3e section du Bureau des finances publiques (caizhengting disankezhang 財政廳第三科長) du gouvernement provincial, il prend la tête de l’administration municipale de Jinan (Jinan shizhengting zongban 濟南市政廳總辦) en 1923.

Ce poste de maire lui vaut d’être tenu en partie responsable de l’”Incident de Jinan” (wusan can’an 五三慘案) en mai 1928, à la suite duquel il est contraint de démissionner. Au moment de la Bataille des plaines centrales (zhongyuan dazhan 中原大戰) en 1929-1930, Tang Yangdu représente Ma Hongkui 馬鴻逵 (1892-1970) dans ses pourparlers avec Zhang Xueliang au moment de son ralliement au camp de Jiang Jieshi. S’il retrouve des fonctions dans l’administration provinciale du Shandong, désormais dominée par Han Fuju 韓復榘 (1890-1938), Tang ne tarde pas à se retirer au prétexte qu’il doit s’occuper de sa mère. Sur recommandation de Yin Tong, il trouve à s’employer à partir de 1933 comme chef du Bureau des archives (wenshuting 文書廳) dans l’Administration de la ligne de chemin de fer Pékin-Nankin (Bei-Ning tielu guanliju 北寧鐵路管理局), dont il démissionne en 1936 en même temps que Yin Tong. À la veille de la guerre, Tang intègre le gouvernement municipal de Qingdao comme secrétaire en chef du Bureau des impôts (tongshuiju mishuzhang 統稅秘書長). Au moment de l’invasion du Shandong, qui contraint le maire de la ville Shen Honglie 沈鴻烈 (1882-1969) à se replier dans le sud de la péninsule, Tang part le 25 décembre 1937 de Qingdao pour rejoindre Jinan à dos d’âne. Il arrive dans la capitale provinciale à la veille de l’entrée des troupes nippones aux premières heures de l’année 1938.

Tang accepte alors de collaborer avec l’occupant en prenant part au Comité de maintien de l’ordre de Jinan (Jinan zhi’an weichihui 濟南治安維持會) établi le 5 janvier, sous la direction de son coreligionnaire Ma Liang. À la formation en mars 1938 du gouvernement provincial du Shandong (Shandongsheng gongshu 山東省公署) rattaché au Gouvernement provisoire (linshi zhengfu 臨時政府) de Pékin, il est nommé chef du Bureau des finances publiques (caizhengting 財政廳), avant d’accéder au poste de gouverneur le 1er février 1939, sur recommandation de son prédécesseur Ma Liang. Il conserve son poste de gouverneur après la réorganisation de l’État d’occupation en mars 1940 au moment de la formation du gouvernement de Wang Jingwei en mars 1940, et ce jusqu’en février 1945, ce qui fait de lui le gouverneur de province pro-japonais resté en place le plus longtemps. Tang doit cette longévité à l’efficacité de son administration, notamment en matière fiscale, ce qui lui vaut même une lettre de remerciement du premier ministre Tōjō Hideki 東條英機 (1884-1948) en juillet 1942. Son action est étroitement encadrée par une équipe de “conseillers” (komon 顧問) dirigée par le diplomate Nishida Kōichi 西田畊一 (1885-?) jusqu’en novembre 1943, puis par Sonoda Yoshiyuki 園田慶幸 (1905-c.1960) jusqu’à la fin de la guerre. Tang siège également au Conseil des affaires politiques de Chine du Nord (huabei zhengwu weiyuanhui 華北政務委員會) et au Comité économique national (quanguo jingji weiyuanhui 全國經濟委員會) du gouvernement de Nankin. Remplacé en février 1945 au poste de gouverneur du Shandong par Tang Yuxun 楊毓珣 (1895-1947), il succède à Su Tiren comme commissaire du Bureau général des Travaux publics (gongwu zongshu duban 工務總署督辦) du Conseil des affaires politiques de Chine du Nord. Tang est détenu après-guerre par le Gouvernement nationaliste sans être jugé. Après 1949, les autorités communistes le transfèrent à Jinan où il est condamné à mort par la Tribunal populaire du Shandong (Shandongsheng renmin fayuan 山東省人民法院) en avril 1951, avant d’être exécuté quelques jours plus tard.

Sources : SSY, p. 162 ; MZN, p. 1125-1126, 1059 ; Zhu Chengshan 1993 ; Yomiuri, 04/02/1960 ; Zhuang Weimin, Liu Dake 2005, p. 448 ; Qi Ren 1995.

Pour citer cette biographie : David Serfass, "Tang Yangdu  唐仰杜 (1888-1951)", Dictionnaire biographique de la Chine occupée, URL : https://bdoc.enpchina.eu/bios/tang-yangdu/, dernière mise à jour le 5 octobre 2023. 

Biographical Dictionary of Occupied China

A database from ENPChina Project